Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 07:20

 

 Une pensée pour MISS GAZETTE  toujours absente et clouee dans son lit d'hopital


AIMIEZ-VOUS DALIDA ????

Yolanda Gigliotti dite Dalida, née le 17 janvier 1933 au Caire en Égypte et décédée dans la nuit du 2 mai au 3 mai 1987 à Paris, inhumée au cimetière de Montmartre (division 18), était une chanteuse et une actrice d'origine italienne, plus tard naturalisée française, d'expression française mais aussi italienne et arabe. Son père était premier violon à l’Opéra du Caire. Elle est la seule fille issue d'une famille de trois enfants.

Iolanda (francisé en Yolanda) naît le 17 janvier 1933 à Choubrah (faubourg aux portes du Caire), en Égypte, de parents calabrais originaires de Serrastretta, dans la province de Catanzaro.

Après avoir remporté en Égypte quelques concours de beauté, dont le titre de « Miss Égypte 1954 », et tourné dans plusieurs films de série B,



Doublure de Rita Hayworth dans Joseph et ses frères (qui deviendra Terre des Pharaons) avec Omar Sharif.









 

 

 

 

Dalida gagne Paris à l’âge de vingt-et-un ans dans l’espoir de faire carrière dans le cinéma. Elle prend rapidement conscience du fait que son maigre bagage ne pèse rien aux yeux des producteurs français, et s’oriente vers la chanson : elle débute à la Villa d'Este, dans un répertoire à l’exotisme latin.

Ses débuts dans la chanson

 

À la recherche de nouveaux talents pour son Music-Hall, Bruno Coquatrix remarque Dalida à la Villa d'Este et au Drap d'Or (restaurants-cabarets parisiens). Il lui suggère de participer à un concours pour amateurs : « Les numéros 1 de demain », organisé à l’Olympia. Sont présents Bruno Coquatrix, directeur des lieux, Eddie Barclay, jeune producteur de disques (qui vient d'importer le disque microsillon des États-Unis en France), et Lucien Morisse, directeur des programmes d’Europe 1. Pour l'anecdote, sa carrière s'est jouée au 421. Lucien Morisse désirant assister au concours et Eddy Barclay voulant aller au cinéma. Lucien Morisse, subjugué par la beauté de Dalida, la convoque dans ses bureaux de la rue François 1 quelques jours plus tard, elle enregistre rapidement son premier 45 tours : Madona, une adaptation française d'un titre portugais d'Amália Rodrigues, Barco Negro. Devant ce succès mitigé et un deuxième disque, Le torrent, qui n'a guère été plus efficace, Lucien Morisse pense avoir déniché le titre qui sera la marque de fabrique de Dalida : Bambino, Guaglione en napolitain, qui était prévu pour la vedette en place, Gloria Lasso. Il bloque la chanson et la fait enregistrer en une nuit. Résultat des courses : une chanson vendue à 1/2 million de 45 tours, plus d'un an au hit-parade (d'après Infodisc, n° 1 pendant 39 semaines) et premier disque d'or. Lucien Morisse invente le matraquage, Bambino passe toutes les heures à l'antenne d'Europe 1. Sur sa lancée, Dalida partage, quelques semaines plus tard,


  













la même scène de l’Olympia, en première partie du spectacle de Charles Aznavour, puis en vedette américaine de Gilbert Bécaud. Elle sera par ailleurs tête d'affiche à l'Olympia en 1961, 1964, 1967, 1971, 1974, 1977 et 1981.

 

 

 



             











 

 

 

 

Lucien Morisse, qui l’épousera ensuite (1961), prend sa carrière en main et en fait rapidement une immense vedette populaire, grâce à des succès comme Bambino, qui la lance en 1956, Come prima, Gondolier, Les Gitans,Histoire d'un amour,, Romantica, bientôt suivis par Les Enfants du Pirée, Ciao, ciao bambina, L’Arlequin de Tolède, Itsi bitsi, petit bikini, Garde-moi la dernière danse,

 

 

Image Hosted by ImageShack.us


 Le Jour le plus long

, Amour excuse-moi (Amore scusami), La danse de Zorba,El Cordobès, Il Silenzio (Bonsoir mon amour), Les grilles de ma maison, À qui, Petit homme, Ciao amore ciao , Mama, Le temps des fleurs, Zoum Zoum Zoum, etc.

 

 

 



    











En 1969, Arnaud Desjardins lui fait découvrir la philosophie orientale. Elle hésite à arrêter sa carrière. Elle décide finalement de continuer à chanter mais change de répertoire et interprète Avec le temps de Léo Ferré et Je suis malade de Serge Lama, ainsi que des « perles » originales comme Il venait d'avoir 18 ans, Ta femme, Il pleut sur Bruxelles, Mourir sur scène, etc. Elle ne renoncera pas pour autant aux très grands succès populaires à l'instar de Darla dirladada, Parle plus bas, Paroles Paroles (en duo avec Alain Delon), Gigi l'Amoroso, J'attendrai, Besame mucho, Femme est la nuit, Salama ya salama, Génération 78, Le lambeth walk, Monday, Tuesday... Laissez-moi danser, Il faut danser reggae, etc.

       

Une vie privée ponctuée de drames

Pourtant, en dépit de cette fabuleuse réussite, la chanteuse n’est guère heureuse dans sa vie privée. D'abord, elle a été très marquée, adolescente, par la mort prématurée de son père au lendemain de la guerre, qu'il a passée dans un camp de prisonniers puisqu'il était italien dans un pays sous domination anglaise et que l'Italie fasciste était ennemie de la Grande-Bretagne. Ses relations avec son père étaient difficiles et elle s'en voulut plus tard de ne pas l'avoir mieux connu.

Puis, à l'âge adulte, se succéderont dans la vie de Dalida plusieurs épreuves, notamment après sa courte liaison avec l'acteur et peintre Jean Sobieski, père de Leelee Sobieski, au début des années 1960 - un des rares hommes de sa vie à ne pas avoir trouvé la mort dans des circonstances tragiques. En effet :





1967 : suicide de Luigi Tenco, le nouvel homme de sa vie, au cours du Festival de Sanremo. Très affectée par cette mort, Dalida commettra, quelques jours plus tard, une tentative de suicide.

1970 : suicide de Lucien Morisse, qui fut son manager durant 5 ans et son mari.

1983 : suicide de Richard Chanfray, dit comte de Saint-Germain, son compagnon pendant neuf ans.

Enceinte d'un étudiant romain, elle décidera d'avorter mais l'opération échoue et la condamne à n'avoir plus jamais d'enfant.

Cette période de crise correspond à un changement d’orientation dans sa carrière. Elle élargit son répertoire avec des chansons à texte (Avec le temps de Léo Ferré), obtient un succès mondial avec Gigi l’amoroso et Il venait d'avoir 18 ans, se convertit sans complexe et avec un succès inattendu au disco : le remake de J’attendrai, en 1976, remporte un grand succès. Elle tourne alors avec talent dans le film de Youssef Chahine, le Sixième Jour (1986)







et joue même les meneuses de revue, façon Mistinguett, au Palais des sports (1980).









Quelque temps avant l'élection présidentielle de 1981, on lui prête une liaison avec François Mitterrand,



              



Une simple rumeur, puisque leur relation n'a été que de l'amitié. Du reste, Orlando, son frère et producteur, l'a confirmé pendant une des émissions commémoratives de la chanteuse, dans le cadre du 20 anniversaire de sa disparition : "Qui a eu une relation avec Mitterrand entre Orlando et Dalida?" - Réponse d'Orlando : « Moi, bien sûr ! ». Cette amitié valut quand même au Président d'être surnommé par ses détracteurs « Mimi l'Amoroso ». Dalida est néanmoins l'une des artistes qui a apporté à Mitterrand son soutien inconditionnel pour l'investiture présidentielle. Soutien qui, toutefois, l'a desservie professionnellement et qui a provoqué, pendant quelques années, la division de son bien large public qu'elle ne réunira tout à fait qu'après sa mort, voire en l'élargissant aux nouvelles générations qui ne l'ont pas connue de son vivant.



D'ailleurs, cachant de plus en plus difficilement le désespoir qui l’habite sous le bonheur exprimé par ses chansons, elle finit par se suicider dans sa maison de la rue d'Orchampt dans le quartier de Montmartre, au cours de la nuit du 2 au 3 mai 1987 à la suite d'une surdose de barbituriques. Elle laissera un simple mot « la vie m'est insupportable, pardonnez-moi ». Elle sera inhumée au cimetière de Montmartre



                     

Dalida en plus d'etre chanteuse etait egalement une excelente comedienne.
Elle avait debuté dans le cinema (elle voulait etre actrice) en Egypte et depuis elle avait tourné de nombreux films.
Mais son plus grands succes cinematographique reste le sixieme jour de Youssef Chahine.

Voici la liste de ses films:

1954:Un verre, une cigarette
1954:Le masque de Toutankhamon
1957:Brigade des moeurs
1958:Rapt au deuxieme bureau
1960:Parlez moi d'amour
1963:L'inconnu de Hong-Kong
1965:Menage a l'italienne
1968:Io ti amo
1977:Comme sur des roulettes
1977:Dalida pour toujours
1986:Le sixieme jour

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

un p'tit mot de Tatiana 20/08/2010 13:50



Bonjour ma belle ,


Dalida était une grande artiste qui avait un grand respect pour son public .Combien de nos jours voyons nous de chanteuses si bien habillées se présenter sur une scène ? .


Bravo a toi de lui avoir rendu un si bel hommage  et oh combien mérité .


Bizettes ma belle catalane ..


PS: bien heureuse d'avoir des nouvelles de Doti ,mes voeux les plus sincères de prompt rétablissemant .Vivement qu'elle nous revienne.



virjaja 20/08/2010 12:04



pensée pour notre Doti... j'aimais bien Dalida, je ne savais pas qu'elle avait fait tant de films!



labaronne 19/08/2010 22:08



perso je n'ai pas aimé, ni la femme ni la chanteuse, mais ton article est super bien fait - que veux tu depuis que j'ai connu les beattles, je suis tombée dans le rock,jusqu'au hard - bisous Dany
tous chauds tous collants, et pas une goutte d'eau



Soledad 19/08/2010 21:40



Bonsoir Isda, ma bambina catalana, tu as eu raison de rendre un si bel hommage à cette si belle femme, elle le mérite bien.


J'ai lu tes précédents billets et je me suis donc promenée un moment dans les jardins de Chantilly, c'était bien agréable à cette heure. J'ai bien aiapprécié les différents jardins et j'ai aimé
la course de lapins mais aussi le petit théâtre de guignol.


Et puis ta femme qui fabrique des ferronneries, je lui dis bravo  car c'est vraiment très joli ce qu'elle fait.


A toi je souhaite une bonne soirée et je te fais de gros bisous avant d'aller me plonger dans un bon bain bien mérité après mon après-midi au jardin où la chaleur était intense, et on nous
annonce pire demain. Quel drôle d'été nous aurons eu !



Maedes 19/08/2010 16:42



Je n'ai jamais été une vraie fan mais certaines de ses chansons ont marqué ma jeunesse!!!!
Bizzzzzzzzz argentines



Mon Blog

  • : Le blog de isdael
  • Le blog de isdael
  • : Découvertes de sites originaux reportages sur ma région, et les autres, les traditions, mes poèmes , très hétéroclites ,
  • Contact

Profil

  • isdael
  • Cool, j'aime mon fils, la lecture, la danse médiévale, mon ordi grand ami ; les policiers, j'aime écrire par dessus tout  composer des poèmes ; je suis tolérante, à l'écoute,  je ne supporte pas la méchanceté , le mensonge ,
  • Cool, j'aime mon fils, la lecture, la danse médiévale, mon ordi grand ami ; les policiers, j'aime écrire par dessus tout composer des poèmes ; je suis tolérante, à l'écoute, je ne supporte pas la méchanceté , le mensonge ,

Ma region

 

            BIENVENUE

 

Bienvenue dans mon royaume

Il est ouvert jour et nuit

Entrez et sentez ces doux aromes ! 

N'oubliez pas de cueillir quelques fruits

Vers,pensées,sont pour le coeur un baume

Et merveille,chez les aminautes,tout est gratuit

Nous n'avons pas de majordome

Uniquement d'un clic,une amie,qui vous conduit

Entre ces murs,que le virtuel embaume

                  Bisous Dany 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Ceret,le Pont du Diable

3402787

Archives

La Cascade

photo021qt9

Ceret toujours

pt26317

Petite précision

 

Toutes les images de ce blog ne sont pas personnelles.

Certaines photos ont été empruntées sur Internet et sur le site Flickr.

Si une photo vous appartient, n’hésitez pas à me laisser un message et je l’enlèverai.

Merci de votre compréhension!

 

 

Musique