Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 06:36

Légende de l'Est

 

 

Samovars de thé brûlant.

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

 

Wagons-lits éclairés filant dans la nuit. Immensité de la steppe enneigée. Le Transsibérien porte le train du bout du monde. Dangers, déserts, rêves ou mystères : à bord tout peut arriver. De Moscou à Vladivostok, il faut une semaine pour parcourir les 9.288 km de trajet et s'arrêter dans 990 gares. Née pour développer une région isolée, la ligne est devenue aujourd'hui une véritable croisière à travers les plaines de Sibérie. En voiture !

 Cliquez pour voir l'image en taille réelleLa limite Europe-Asie

 

 

Mais pourquoi un train sillonnant pendant des jours une zone désolée fascine-t-il autant ? Terre hostile où l'on envoyait autrefois les condamnés, la Sibérie est à l'image du Far West américain, une contrée de colonisation avec son lot d'aventures et de contraintes. Terrain vierge, terrain sans fin, la voie est libre pour s'imaginer aux premiers jours du monde. Il s'agit ici de s'évader : prolongée jusqu'à Oulan Bator et Pékin, la ligne du Transsibérien, qui désigne aussi par habitude le train, offre les échos lointains d'un voyage mêlé de violons russes, balalaïka et choeurs chinois, comme dans le titre du chanteur Raphaël nommé 'Transsibérien'.

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

 Lac Baïkal glacé, vodka et poisson fumé, bains de source chaude et promenades sur le fleuve Amour : dans le Transsibérien, on est véritablement ailleurs. Les touristes sont nombreux à se lancer dans ce curieux voyage où le trajet compte plus que la destination. Des agences se sont donc spécialisées, proposant des formules "Jour de l'an" ou des traversées du cercle polaire. Un périple en chaud-froid.
Cliquez pour voir l'image en taille réelle

Un train d'enfer

Zoom

En 1891, la construction du plus long chemin de fer du monde est lancée. Elle commence simultanément aux deux extrémités de la ligne. Quinze ans plus tard, la voie sera achevée, en avance sur le calendrier. Un véritable exploit, quand on pense à la pénurie de main-d'oeuvre et de matériel (le terrassement s'effectue à la main avec des pelles), au climat glacé ou étouffant, aux nuages de moustiques et aux épidémies.

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

 Pourtant, le Transsibérien doit pouvoir passer partout. Alors on draine les marécages, aplanit les vallées étroites de l'Altaï, dynamite les montagnes. Pour traverser l'énorme lac intérieur Baïkal, on construit même un bac à vapeur brise-glace. C'est au tsar Alexandre II que revient le développement titanesque des infrastructures en Sibérie. Jusqu'alors ce territoire sauvage et reculé était essentiellement exploité pour ses mines d'or, son ivoire et ses fourrures de zibeline, renard ou hermine.

 

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

Peuplée par les Tartares et les Cosaques, la Sibérie tient son nom du turco-mongol "Sibir" qui signifie "peuplement très dispersé". Elle n'est devenue russe que lors des conquêtes d'Ivan le Terrible, au XVIe siècle.

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

 Sa population, composée de paysans libres (contrairement au reste du territoire soumis au servage) opposa d'abord au tsar une certaine résistance, avant de céder, faute de moyens. Une fois conquise, la Sibérie semble l'endroit idéal pour exiler les opposants politiques. Trop vaste, pas assez développée, loin de tout pays étranger pour chercher à s'en échapper… Ainsi Dostoïevski fut déporté au bagne d'Omsk où il vécut plusieurs années avec des forçats de droit commun. La naissance du Transsibérien va bouleverser cette vision de no man's land. Plus besoin de transporter par traîneaux passagers et marchandises sur les fleuves gelés ! L'agriculture s'intensifie.

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

Un programme de colonisation est mis en place, offrant des terres aux paysans qui s'y installent. Trois millions de personnes s'établissent. Entre 1897 et 1914 la population s'accroît de 73 %. Le train qui relie dorénavant Moscou au Pacifique permet aussi le développement des villes et de la vie intellectuelle. La première université de Sibérie est construite à Tomsk en 1880

 Cliquez pour voir l'image en taille réelle

Entre les canapés en cuir, le piano et les tables du wagon-restaurant, c'est un va-et-vient continuel. Les passagers s'arrêtent au fumoir vitré, s'enfoncent dans les vapeurs d'une baignoire de marbre, vont feuilleter un livre à la bibliothèque. Au début du XXe siècle, les classes de luxe du Transsibérien offrent un grand confort. 

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

 Il s'agit d'une véritable petite ville, avec sa population permanente comme l'électricien, le masseur, le dentiste, le cuisinier. L'engin est bichonné et soumis à des rites, en premier celui de la toilette du matin. La longueur du voyage permet aux passagers de lier connaissance, autour d'un festin de caviar ou de harengs.

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

 

La société se réunit le soir, quand l'électricité s'allume, en une bruyante gaieté de salon. Le jour, le dorlotement continu de la maison roulante permet la rêverie. Autour ce ne sont que steppes sans bruit, si ce n'est le grésillement de milliards d'insectes, les méandres de l'Oural, le brouillard du matin sur les forêts sombres. Parfois quelques bouleaux émergent comme des îles sur la mer de grandes herbes.

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

La Volga déploie ses eaux qui miroitent au soleil. Dans ce paysage infini, quelques boeufs, des cigognes, les chemises rouges des moujiks. Les gares aux toits colorés ponctuent le trajet. La population locale profite de cette affluence régulière pour y développer un commerce. Des femmes aux grands châles jaunes ou bleus offrent des poires, des framboises, ou des champignons dans leur panier. Ailleurs ce sont des gâteaux au miel, des melons d'eau ou des poissons séchés. Puis le train repart toujours. Les lampes du Transsibérien jettent une lueur triste sur le bitume mouillé.

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

On croise des isbas en bois. Des incendies traversent la nuit de leurs feux fugitifs. Les charrettes et les longues caravanes confirment l'installation progressive des colons. Comme dans un western devenu eastern, ces conquistadores semblent moitié brigands moitié chasseurs, au passé douteux et enterré de criminels ou de voleurs. Le pays est neuf, les cathédrales inachevées, les places nues. Aux Etats-Unis, c'étaient également les brochures des compagnies ferroviaires qui vantaient la fertilité et l'immensité des terres à peupler. Le train devient le symbole de la modernité.
Cliquez pour voir l'image en taille réelle

La nuit je mens, je prends des trains à travers la plaine

Cliquez pour voir l'image en taille réelle

 

Zoom

Alors que Monet et Manet peignent les gares envahies de fumée, les locomotives sous les verrières et les grilles donnant sur les voies, Zola fait d'un train le personnage principal de son roman. Ce sera 'La Bête humaine', publié en 1890. Le train, rapide, bruyant et linéaire, va devenir le sujet par excellence de la modernité artistique. En 1913, Blaise Cendrars qui travaille à Moscou chez un horloger suisse, écrit 'La Prose du Transsibérien'. Dédié aux musiciens, ce long poème reprend les sonorités brutes du train pour donner un nouveau rythme au langage. Cendrars joue alors sur les allitérations qui imitent les sons métalliques et les essaims d'étincelles. Il alterne vers longs et vers courts pour accentuer la cadence : "Les démons sont déchaînés / Ferrailles / Tout est un faux accord / Le broun-roun-roun des roues / Chocs / Rebondissements." Il parle d'un train qui fait des sauts périlleux et retombe sur ses roues, de locomotives qui s'enfuient en folie. Alors qu'il approche de la Mongolie, le tempo devient effréné. Le poète perçoit dans le grincement perpétuel des roues les accents fous et les sanglots d'une éternelle liturgie. Bilboquets du diable, trictrac, échecs et billards : la voie ferrée est la nouvelle géométrie. Cendrars fuit, il s'imagine brigand, ayant volé un trésor qu'il va, grâce au Transsibérien, cacher de l'autre côté du monde.
vue du compartiment dans le transsibérien
Train de la liberté et du danger, le Transsibérien court et s'enfuit. Itinéraire de légende, il représente le cosmopolitisme, le mélange de cultures et le parcours des extrêmes, entre profondeurs abyssales des lacs, péninsules volcaniques et aurores boréales. "Dans la plaine immense, entre les collines et les monts sauvages, le train du siècle évanoui, pour lequel on a abattu des forêts, détourné des fleuves, posé des milliers de mètres de rail et construit des centaines de ponts, est à la mesure de la démesure."

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mesescapades46 06/08/2011 21:03



Bonsoir Isdaël,


Quel beau reportage sur le transsibérien avec de merveilleuses photos qui nous emportent pour des paysages inconnus.


Voilà un voyage que j'aimerais effectuer, pour admirer la nature et les édifices et cotoyers les autochtones.


Ce soir il vient de tomber des trombes d'eau, heureusement  cela n'a pas duré longtemps .


Je te quitte mon amie, la tête pleine de rêves par cette belle promenade.


A bientôt et gros grosbisous


Nicole






Domm 05/08/2011 09:29



Hello,


OUI, je suis descendue de la moto, je rentre au bercail le 9 donc mardi prochain, si le ciel ne me tombe pas sur la tête....


A bientôt



La Môme du 75 05/08/2011 02:07



Vous qui passez "samovar" .... Ceci dit quel beau voyage ... Bisous Dany.






Petite Jeanne 04/08/2011 19:48



Bravo pour ce cet articles très bien documenté!. C'est vrai que c'est un voyage dont on rêve...


Bonne soirée



laetiduperche 04/08/2011 17:44



Petit passage pour te saluer. J'espère que tu vas bien? Moi ca va un peu mieux, je suis un peu soulagé (voir sur mon blog) ! Sympa ce partage. Bisous et à bientôt.



Mon Blog

  • : Le blog de isdael
  • Le blog de isdael
  • : Découvertes de sites originaux reportages sur ma région, et les autres, les traditions, mes poèmes , très hétéroclites ,
  • Contact

Profil

  • isdael
  • Cool, j'aime mon fils, la lecture, la danse médiévale, mon ordi grand ami ; les policiers, j'aime écrire par dessus tout  composer des poèmes ; je suis tolérante, à l'écoute,  je ne supporte pas la méchanceté , le mensonge ,
  • Cool, j'aime mon fils, la lecture, la danse médiévale, mon ordi grand ami ; les policiers, j'aime écrire par dessus tout composer des poèmes ; je suis tolérante, à l'écoute, je ne supporte pas la méchanceté , le mensonge ,

Ma region

 

            BIENVENUE

 

Bienvenue dans mon royaume

Il est ouvert jour et nuit

Entrez et sentez ces doux aromes ! 

N'oubliez pas de cueillir quelques fruits

Vers,pensées,sont pour le coeur un baume

Et merveille,chez les aminautes,tout est gratuit

Nous n'avons pas de majordome

Uniquement d'un clic,une amie,qui vous conduit

Entre ces murs,que le virtuel embaume

                  Bisous Dany 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Ceret,le Pont du Diable

3402787

Archives

La Cascade

photo021qt9

Ceret toujours

pt26317

Petite précision

 

Toutes les images de ce blog ne sont pas personnelles.

Certaines photos ont été empruntées sur Internet et sur le site Flickr.

Si une photo vous appartient, n’hésitez pas à me laisser un message et je l’enlèverai.

Merci de votre compréhension!

 

 

Musique